Traduction-Translation

mercredi 12 octobre 2016

Ma dernière exposition


Cette exposition fut un grand moment de travail durant les vacances, un moment de réflexion en rapport avec la période troublée que nous vivons, un désir de dire, sans compromis ni agressivité, juste l'intention de témoigner de mon regard sur le monde, de mon inquiétude et aussi de mon espoir.

Trois superbes salles, quel  bonheur que d'investir ce lieu, de lui confier mes 43 œuvres et, devenue spectatrice, de m'immerger dans l'atmosphère née de leur rencontre.  Car un lieu doit accepter les œuvres et être accepté d'elles pour qu'il y ait osmose et que la vibration nous pénètre. C'est un acte magique.

 Je  partage aujourd'hui, en photo et en mots, ce qui me reste de ce moment.

La première salle, au rez-de-chaussée, avec la vitrine "en transparence", accompagnée d'un texte explicitant mes choix.



La vitrine "Totems" - recherche sur la transparence -

J’ai voulu situer cette exposition entre transparence et nudité.


La transparence, que l’on peut observer en vitrine, équivaut à une disparition à soi-même. Disparaître ainsi de volonté délibérée, du fait du formatage de l’éducation, ou de façon imposée, par la pression de l’entourage ou de la société amène, en masquant les formes, à cacher l’expression naturelle d’un corps trop imprégné d’arrière-pensées honteuses dans les civilisations marquées par les religions du livre. Cela conduit à l’inexistence physique et morale, au refus d’un corps porteur de la malédiction féminine.


Martyrisés par les régimes pour effacer la rondeur ou voilés, le corps et l’esprit se retrouvent emprisonnés dans deux geôles dont on peut se demander laquelle est la plus terrible.


Le périple historique de la femme est jalonné de ces oripeaux que furent le voile, le corset, la cape de relevailles… chacun, soit par refus ou mise en scène contraignante du corps, réduisant la femme à un rôle subalterne ou d’objet.


La nudité, en opposition, est l’expression libre de ces formes assumées, épanouies et sans arrière-pensée.


Expression de la perfection de la création originelle que le regard humain semble avoir bien du mal à supporter.


Au travers des trois moments de l’exposition, c’est à une sorte de retour à la source, une ode à la vie, au corps porteur de l’Esprit que je vous convie.


Adamante


Article paru dans le journal La Montagne (sept 2016)


La salle du rez de chaussé

Cette exposition est salutaire.
La femme-objet, bien personnel qui, à l’instar d’un joyau, est enfermée par son propriétaire à l’abri des parois d’un coffre ou du blindage d’un voile.
Derrière l’individu déshumanisé, cloîtré, asexué, l’art onirique d’Adamante le révèle,né nu, aux formes que nulle mode ou religion n’enferme dans des dogmes.
Femmes et hommes épanouis, parfois accompagnés de leurs chats sorciers, offrandes à la Terre-Mère, la Pacha Mama.
Femmes et hommes qui retrouvent au fond des yeux, l’étincelle qui fait d’eux des dieux.
Gérard Destal
                        Metteur en Scène


 

La petite salle "Émotions et Résistance" (une vingtaines d'œuvres acrylique  / papier 30x40  (à partir de mes récréanotes - )





Moi devant La géante et le géant -  acryliques 80x80 (RdC)





Campagne électorale acrylique - 65x92


13 commentaires:

  1. Merci pour ce reportage... j'aurais beaucoup aimé pouvoir me rendre à ton expo. J'aime beaucoup ta façon de mettre en scène ce qui t'entoure.
    Passe une douce journée, Adamante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Quichottine, depuis tant d'années j'avais envie de vous en faire découvrir un peu plus sur moi et ma vision du monde. Je suis ravie que tu y sois sensible. Amicalement.

      Supprimer
  2. Merci, Quichottine, j'ai tenté d'exprimer mon ressenti profond tant en mots qu'en images. Pour une fois aussi je me suis mise en scène, sans doute ce qui m'a valu un e-mail :
    - "Bonjour l'égo, la prétention est-elle votre meilleure alliée ?".
    Peut-être, après tout, le détachement n'est pas une évidence. Mais cela me donne envie de paraphraser Prévert : "je suis comme je suis, je plais à qui je plais..."
    Parmi les visages du web, tu fais partie de ceux que j'aime et apprécie. Encore merci de tes visites.

    RépondreSupprimer
  3. Une création qui interpelle. Des couleurs qui réchauffent. Des lignes qui rassurent et parlent de douceur, nées de la lumière .... Appel à une respiration paisible, à toujours plus de liberté, d'ouverture
    ............
    Celui qui parle, parle toujours de lui-même, pas de l'autre. "Bonjour l'égo" ne parle pas de toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais certaine d'avoir répondu à ce commentaire. Je pense que tu as raison, on voit toujours les autres à travers notre propre filtre. J'ai remarqué que ce dont on vous accuse est ce que l'on ferait soi-même, cela dénote un manque total d'empathie ! Pour l'empathie, il faut prendre le temps et avoir l'envie de savoir qui est l'autre. Il y en a peu sur le web, mais j'en ai trouvé. ;)

      Supprimer
  4. En lisant l'article du journal, que de créations que ce soit musicale, théâtrale, et peintures ..quelle vie riche Adamante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons tous notre chemin à suivre, aucun n'est meilleur que l'autre et tous nous offrent tant de découvertes, au final nous devons arriver à être nous-mêmes (quand on y arrive, ce n'est pas si facile).

      Supprimer
  5. Bonjour chère maie,
    Ta visite m'a fait vraiment un grand plaisir, moi qui ai peu le moral en ce moment.
    J'ai parcouru ton article avec beaucoup d'admiration et je souhaite de tout cœur que tes œuvres aient un large succès, elles sont originales et très parlantes.
    Bises et bon weekend :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, Noushka, j'ai pris moi aussi un immense plaisir à me poser un peu chez toi ce matin. J'aime tant que tu nous fasses partager tes expériences. Et puis, tu comptes beaucoup pour beaucoup, ne l'oublie pas. Amicalement.

      Supprimer
  6. PS:
    Je viens de lire le com de cet abruti:
    "Bonjour l'égo, la prétention est-elle votre meilleure alliée ?"
    Il (elle) n'a rien compris
    Moi je suis ravie de mettre un visage sur ton nom: tes mots ne sont donc plus des sons ou des écrits mais ont un visage, une âme...
    Rebises!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pourrais lui dire merci, moi qui enfin me dévoile un peu sur la toile. En réalité je suis une taupe bien à l'aise dans ses galeries et qui parfois monte sur scène toujours accompagnée du trac ;)

      Supprimer
  7. Haha, connectées au même moment, on se croise!!
    Merci du partage sur G+, pas trop le temps pour les réseaux sociaux, mais ça tu le sais depuis longtemps!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le sais, l'important est que tu nous fasses rêver, même si on ne te laisse pas non plus toujours trace de notre passage.
      Fais un heureux jour.

      Supprimer

Merci pour vos commentaires.